. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vous êtes ici : Accueil » Documentation » Agenda des Frontières » Agenda des Frontières 2017 » Partenariat ABeGIEF - OSC pour une meilleure prise en charge des espaces (...)

Partenariat ABeGIEF - OSC pour une meilleure prise en charge des espaces frontaliers

D 22 décembre 2016     H 11:42     A Le Webmaster     C 0 messages


Les Organisations de la Société Civile (OSC) jouent un rôle de premier plan dans les prestations de services sociaux de base, ainsi que dans les initiatives locales de consolidation de la paix et de coexistence au sein des communautés. A ce titre, les OSC devraient participer à la mise en œuvre, puis au suivi des activités de développement des communes frontalières en collaboration avec l’ABeGIEF, en ce qui concerne entre autres, la mobilisation de ressources, la sensibilisation des populations sur leurs droits et devoirs puis le plaidoyer dans le but de porter leurs préoccupations auprès des instances appropriées.

Dans le but de dynamiser le partenariat avec ces dernières et pour mieux les informer sur les enjeux des espaces frontaliers, l’Agence a organisé le 28 juillet 2016 à Savalou un atelier en vue d’élaborer un programme d’actions. Douze (12) faitières nationales de la société civile et douze (12) représentants des Cellules de Participation Citoyenne (CCP) provenant de douze (12) communes frontalières ont pris activement part à cette rencontre. L’objectif dudit atelier est d’engager un dialogue entre l’ABeGIEF et les OSC afin d’initier des actions de développement des espaces frontaliers d’une part et d’induire la collaboration avec les acteurs des pays voisins d’autre part.

Les représentants des faitières des OSC béninoises ont présenté les points forts de leurs interventions en mettant l’accent surla lutte contre la criminalité transfrontalière, la protection des droits humains et l’équité genre, la réalisation d’infrastructures sociocommunautaires, l’assainissement et la protection de l’environnement, l’accès à l’information, la lutte contre le VIH SIDA, la libre circulation des personnes et des biens, la lutte contre l’apatridie, etc.

Les résultats de leurs interventions ont, entre autres, porté sur :
- la libre circulation des personnes et des biens sur le corridor Abidjan-Lagos ;
- l’hygiène et l’assainissement de base dans quatre-vingt (80) localités de Malanville dont trente-cinq (35) localités frontalières au Nigéria et au Niger ;
- la gestion foncière au niveau des espaces frontaliers ;
- l’appui aux initiatives de plaidoyer et de redevabilité des ONG dans dix-huit (18) communes frontalières avec l’expérimentation des cadres intégrateurs pluri acteurs et la criminalité transnationale organisée.

Malgré ces efforts, des problèmes persistent. On peut citerles risques d’apatridie, les difficultés de la traversée des frontières par la population béninoise, la porosité de nos frontières, l’absence ou l’insuffisance d’accès aux services sociaux de base, l’insuffisance de sensibilisation des populations, les problèmes de rançonnement, les problèmes liés à la recrudescence de la criminalité transnationale organisée (trafic des mineurs, d’organes humains, etc), la mauvaise gestion du foncier dans les espaces frontaliers, les difficultés liées à la couverture des réseaux GSM.

Nonobstant les actions des OSC, dans le cadre de la promotion du genre, l’Agence appuie aussi les organisations de femmes dans le développement de leurs activités génératrices de profit en renforçant leurs capacités par plusieurs types de formations. A cet effet, elle a organisé respectivement en 2013, 2014 et 2015 à Savalou, trois éditions de formations sur les techniques d’utilisation des matériels agricoles modernes pour la production de gari au profit des femmes de Sinangourou, d’Iwoyé et du secteur d’Ogamoin. En 2016, la quatrième édition quant à elle, a porté sur les techniques d’utilisation du four Chorkor amélioré pour le fumage, le stockage et la conservation du poisson au profit des femmes mareyeuses de la Commune de Karimama.

L’ABeGIEF a également équipé ces dernières en matériels agricoles modernes (broyeurs, rappeuses et presses à manioc) et en matériels de traitement jusqu’au conditionnement du poisson (fours, tabliers, gangs etc.). Aussi, a-t-elle construit un magasin pour le stockage du gari aux femmes de Iwoyé. Notons, qu’avec l’appui des partenaires (GIZ, UEMOA,…) d’autres projets de construction d’infrastructures socio-communautaires sont envisagés. A la fin de chaque formation, une attestation de fin de formation est délivrée à chaque bénéficiaire.

A Ottola, quatre (04) groupements de femmes intervenant dans le secteur primaire ont bénéficié de l’appui de l’ABeGIEF en matériels agricoles (intrants, moulin à maïs et à condiments, décortiqueuses de riz, etc.). Par ailleurs, dans le domaine de l’alphabétisation, plus de trois mille (3000) exemplaires de manuels didactiques et de fournitures scolaires ont été octroyés aux associations de femmes.

Somme toute, les OSC sont vivement invitées à s’impliquer davantage dans la prise en charge des espaces frontaliers pour l’épanouissement des populations.