. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vous êtes ici : Accueil » Documentation » Magazine des Frontières » Échos des Frontières n°00 » Ogamoin, désormais au Bénin !

Ogamoin, désormais au Bénin !

D 19 juillet 2016     H 06:46     A L’AGENCE     C 0 messages


La sauvegarde de l’intégrité nationale, une mission républicaine à laquelle l’Agence Béninoise de Gestion Intégrée des Espaces Frontaliers ne compte pas déroger !

Administrée depuis 1960 par le Nigéria, Ogamoin, une localité forestière d’environ 180 km² située à l’intérieur du Bénin, a longtemps été une poche de résistance à la souveraineté du Bénin.

En effet, après les indépendances des deux pays, les travaux du Sous-Comité Technique sur la Délimitation de la frontière entre la République du Bénin et la République Fédérale du Nigéria ont montré que sept (07) villages : Ogamoin, Sinagourou, Guidan Kada, Mafouta, Naffa, Wassaré et Tounga Issa reviennent au Bénin et trois (03) : Gorogao, Sabassi et Gbessaré appartiennent au Nigéria. Mais force a été de constater que depuis décembre 1999, les autorités nigérianes ont maintenu leur administration sur les sept (07) villages qui devraient être rétrocédés au Bénin.

C’est ainsi qu’à partir de 2012, grâce à la persévérance de l’Agence, que ces villages ont commencé par être libérés par le Nigéria. C’est le cas en 2012, de Sinangourou frontière (Commune de Nikki) et de Naffa, village de l’arrondissement de Tasso, en 2013 de Nafa et Koundji-Tounga (Malanville), en 2014 de Mafouta, Wassaré, Tounga-Issa et Guidan Kada (Commune de Ségbana). Et enfin Février 2015, le secteur d’Ogamoin a été libéré officiellement par le Nigéria à travers la correspondance adressée par le Directeur Général de la Commission Nationale des Frontières du Nigeria au Gouverneur d’Illorin.

Tous ces résultats sont le fruit d’un long processus de négociation et d’une bonne mise en œuvre de la diplomatie préventive locale par l’ABeGIEF.

Ogamoin récupéré : un résultat probant de la diplomatie préventive locale !

On se poserait des questions quant à la satisfaction des acteurs ayant contribué à la récupération d’Ogamoin. Sûrement non lorsqu’on en sait un peu plus.
En effet, pendant plusieurs années, les autorités béninoises étaient pratiquement des personnes non grata dans cette zone et les populations subissaient la rigueur ainsi que les humiliations des « soit disant chefs » qui surexploitaient les ressources naturelles. Plusieurs actes de violence ont été orchestrés par le Roi de la localité soutenu par l’Emir d’Okuta (Nigeria). Ogamoin était comme une zone rouge interdite d’accès et où la sécurité était menacée à partir d’une certaine heure de la journée. Cette situation a perduré jusqu’en 2014 où conscient de sa mission, le DG/ABeGIEF, Marcel Ayité BAGLO, a su convaincre les bonnes personnes à agir pour l’intérêt souverain de la nation béninoise.

C’est ainsi qu’en Novembre de cette même année, une délégation béninoise s’est rendue dans les localités de Yashikira, Kosubosu et Okuta au Nigeria pour y rencontrer les autorités locales et traditionnelles en vue d’entreprendre les négociations devant aboutir à la rétrocession d’Ogamoin.

Suite à cette visite de travail, le Préfet des Départements du Borgou/Alibori, Mme KORA PONOU Salamatou, a reçu en Février 2015, la visite d’une délégation de la Région de Kosubosu conduite par le Maire de la commune de Nikki, Président de l’Association Béninoise des Communes Frontalières (ABCF). Cette délégation était porteuse d’une lettre du Gouverneur d’Illorin au Chairman de Kosubosu, notifiant l’appartenance de la localité d’Ogamoin à la République du Bénin.

Il a donc été important de prendre en main officiellement la zone d’Ogamoin, riche en terres fertiles, en bois de grande valeur, boisée, économiquement viable et surexploitée par le Nigeria en marquant la souveraineté du Bénin dans cette localité longtemps administrée par le Nigeria.

Alors, le mercredi 04 mars 2015, une forte délégation composée du Préfet des départements du Borgou et de l’Alibori, du DG/ABeGIEF, du Haut Commandement Militaire et des Autorités locales des Communes de Pèrèrè et de Nikki s’est rendue à Ogamoin dans le cadre des préparatifs de la prise en main effective de la localité.
La descente de la délégation dans ce village une semaine après la remise de l’acte du 26 février 2015 notifiant la souveraineté du Bénin avait pour objectif de rassurer les populations sur leur appartenance au Bénin d’une part et prendre les dispositions nécessaires pour marquer la présence effective de l’Etat d’autre part.

Les populations ont été invitées à une bonne cohabitation dans le respect des principes de la coopération transfrontalière. Elles ont par ailleurs été rassurées sur la prise en compte de leurs besoins en infrastructures sociocommunautaires pour une meilleure viabilisation de la zone. Le retour de la délégation dans un mois pour matérialiser la souveraineté du Bénin fut également annoncé.

03 avril 2015, date historique : le vert-jaune-rouge du drapeau béninois flotte pour la première fois dans le secteur Ogamoin-Bouin-Swanworoussou

Effectivement un mois après sa visite, la délégation s’y est retournée, cette fois-ci pour hisser le drapeau béninois dans les airs d’Ogamoin, première marque de la souveraineté de notre pays.

C’était le vendredi 03 avril 2015, jour historique pour notre nation et mémorable pour les populations du village Ogamoin. Et pour cause, pour la toute première fois, l’hymne national a été chanté avec tous les honneurs militaires requis. En lieu et place du « vert-blanc-vert » du Nigéria, flotte désormais le « vert-jaune-rouge » du Bénin.
A la grande joie de tous, la cérémonie officielle s’est déroulée dans la plus grande sérénité et sans incident, sous le regard vigilant d’un impressionnant bataillon de forces de défense et de sécurité béninoises. Des chants et danses ont meublés les festivités. Autorités territoriales, agents de sécurité, chefferies traditionnelles, populations, tous ont célébré le début d’une nouvelle ère remplie d’attentes et d’espoir.
Dans cette ambiance, le DG/ABeGIEF a procédé à la remise de vivres et de fournitures scolaires d’une valeur de trois millions de nos francs aux populations. Il n’a par ailleurs pas manqué de souligner qu’un programme spécial de viabilisation est en cours d’élaboration pour améliorer leurs conditions de vie et marquer la présence de l’Etat béninois à leurs côtés.

Opération de viabilisation d’Ogamoin !

Récupérer les localités frontalières pour la sauvegarde de l’intégrité territoriale oui mais le plus important, c’est d’en faire des pôles de développement où les conditions de vies des populations qui y vivent sont nettement améliorées. Telle est la vision de l’Agence !

Ainsi, après avoir pris possession des territoires, un programme spécial de viabilisation des villages récupérés et hameaux avoisinants systématiquement est élaboré et mis en œuvre. En ce qui concerne le secteur d’Ogamoin plusieurs actions sont prévues et exécutées. Il s’agit de la construction d’un module de trois salles de classe équipé en mobilier, quatre latrines, un poste avancé de Gendarmerie, le tout inauguré lors de la cérémonie officielle de prise en main du secteur. En outre, des forages sont en cours de réalisations dans les trois localités. De même, l’électrification progressive des villages a débutée.

En vue de renforcer les capacités des femmes desdites localités, une formation a été organisée à leur profit pour le développement de leurs activités génératrices de revenus.

Aussi, dans le but de réhabiliter ce secteur forestier très riche mais hélas ayant été surexploité, l’Agence a entrepris au cours de l’organisation de la « Semaine des Frontières Béninoises » édition 2015 au reboisement inter-forces le 9 juin de l’année au cours duquel plus de 200 plants sur les 6000 milles prévus ont été mis en terre. Le reste se fait progressivement par les agents forestiers de Parakou et sera finalisé avant fin 2016.

Par ailleurs, ayant constaté l’inexistence d’un centre de santé dans la localité contraignant les populations à se rendre jusqu’à Parakou (Bénin) ou Boria (Nigéria) pour avoir des soins de qualité, il a été jugé opportun la tenue d’une partie de la 2ème édition des consultations foraines médicales qui s’est déroulée du 14 au
16 décembre 2015. Environ 1.200 personnes ont bénéficié des soins, analyses et médicaments gratuitement.

Pour susciter les investissements des différentes parties prenantes (ministères sectoriels, PTF, opérateurs économiques, etc.) dans ce secteur, des visites guidées sont organisées à leur endroit.

D’autres actions sont prévues et sont en cours d’opérationnalisation.
Voici autant de réalisations faites à peine quelques mois après la prise en main d’Ogamoin. Aux dires des populations, cela a enclenché une véritable transformation de leur localité vers le développement. Ces dernières ne cessent d’acclamer les actions de l’ABeGIEF et de se réclamer béninois à qui veut l’entendre !