. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vous êtes ici : Accueil » Documentation » Magazine des Frontières » Échos des Frontières n°00 » Les efforts du gouvernement dans le domaine de la sécurisation des espaces (...)

Les efforts du gouvernement dans le domaine de la sécurisation des espaces frontaliers à travers l’ABeGIEF

D 18 juillet 2016     H 18:46     A Le Webmaster     C 0 messages


agrandir

USSF : Unité d’élite de police de proximité et de surveillance des frontières

Face à l’extrême pauvreté des zones frontalières souvent marginalisées et enclavées, on assiste de plus en plus à la recrudescence de la criminalité transfrontalière (trafic de drogues, d’armes, d’enfants, d’organes humains…), du grand banditisme, de la transhumance militarisée et à la montée du terrorisme. Cet état de chose fait d’elles, des zones de non droit, de base arrière des rebellions ; autant de facteurs induisant l’instabilité en Afrique de l’Ouest. Le Bénin, de par sa position géographique, n’échappe pas à ce fléau.

Une étude de l’UEMOA réalisée par Dr Zeïni MOULAYE en décembre 2013 intitulée « Nouvelles dynamiques sécuritaires et gouvernance de la sécurité dans l’espace UEMOA » a révélé que le Bénin fait partie du corridor du terrorisme en Afrique de l’Ouest. C’est ce qui explique la forte demande sécuritaire de la population béninoise en général et celles des zones frontalières en particulier, face à laquelle l’Etat est tenu d’apporter une réponse immédiate et efficace.

Plusieurs initiatives au niveau régional telles que le « G5 Sahel » (Burkina, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) et la Commission du Bassin du Lac Tchad (Cameroun, Niger, Nigéria, Tchad) ont vu le jour pour lutter contre les problèmes d’insécurité transfrontalière souvent similaires partagés par les pays membres. Entrant dans cette dynamique, le Bénin a entrepris une politique de renforcement de son maillage sécuritaire en créant une Unité Spéciale de Surveillance des Frontières (USSF).
L’Unité Spéciale de Surveillance des Frontières (USSF) est une unité d’élite de la Police Nationale, conjointement créée par la Direction Générale de la Police Nationale (DGPN) et la Direction Générale de l’Agence Béninoise de Gestion Intégrée des Espaces Frontaliers.

Cette Unité constitue le support paramilitaire pour la mise en œuvre institutionnelle de la Politique Nationale de Développement des Espaces Frontaliers. Elle est placée sous l’autorité hiérarchique de la Direction Centrale des Renseignements Généraux et de la Surveillance du Territoire (DCRGST) mais garde une liaison opérationnelle avec l’Agence Béninoise de Gestion Intégrée des Espaces Frontaliers (ABeGIEF). Des antennes de ladite Unité sont implantées dans les zones stratégiques du territoire national.

L’USSF est investie d’une mission de surveillance continue du territoire, des bornes frontières et de police de proximité dont les populations frontalières ont besoin pour vivre dans la quiétude et développer leurs activités économiques. A ce titre, elle mène, entre autres, des opérations de police administrative et concourt à l’exercice de la police judiciaire à l’effet de dissuader toutes les velléités criminelles, de soutenir les unités des forces de sécurité publique et assimilés dans le démantèlement des réseaux criminels, d’assurer les missions de renseignements généraux et de surveillance du territoire.

Pour assurer efficacement sa mission, les éléments de cette Unité ont suivi une formation de type RAID 1erdegré et une formation théorique et pratique de plusieurs modules de cours sur les frontières avec l’appui de la GIZ, Projet d’Appui au Programme Frontières de l’Union Africaine.

Après leur formation, les éléments USSF ont été déployés dans quelques communes frontalières pilotes pour leur immersion.

Pour le renforcement des capacités des éléments de cette unité, le Gouvernement du Bénin à travers l’Agence Béninoise de Gestion Intégrée des Espaces Frontaliers a formulé au Gouvernement Américain une demande de formation au profit de cette unité vue la coopération bilatérale sur le plan sécuritaire qu’entretiennent les deux (02) pays. Le Gouvernement Américain a marqué cet accord par l’envoi d’une délégation de formateurs de l’Unité des Marines Américains qui ont conduit un stage de quatre (04) semaines au profit des éléments de l’Unité Spéciale de Surveillance des Frontières, du 31 Août au 25 Septembre 2015 à l’Ecole Nationale de Police de Cotonou, à l’Ecole Nationale des Officiers de Toffo et à ‘’Jéssoudjro’’ un village frontalier de la commune de Sèmè-Podji.

Les modules de formation sont faits de cours théoriques, pratiques et physiques dont le Close Quarter Battle (C.Q.B) qui est une technique d’engagement de combat rapproché dans un milieu clos, le Tactical Ste Exploitation (T.S.E) qui est une technique destinée à la recherche et la collecte systématique d’informations nécessaires en vue de la préparation et de l’exécution d’une opération tactique, le Self Défense avancé suivi d’exercices physiques, les Techniques de gestion de traumatisme sur un champ de bataille, les techniques de fouilles de véhicules et de détection d’objets suspects, le Search Tag Report Evacuate Segregate Safeguard (S.T.R.E.S.S) consacré au comportement d’un Policier face au détenu au cours d’une intervention, le RAID, qui est une intervention rapide et spontanée dans un environnement donné en vue d’appréhender ou de neutraliser les hors la loi, etc.

Les éléments de l’Unité Spéciale de Surveillance des Frontières et huit (08) instructeurs locaux ont activement suivi avec succès ces cours théoriques et pratiques que les quinze (15) formateurs de l’Unité des Marines Américains se sont évertués à leur donner.

Actuellement, les éléments de cette unité sont déployés dans dix (10) zones frontalières stratégiques de notre pays avec le Nigéria et le Togo.

Pour le renforcement de la défense de l’intégrité du territoire national et la sécurisation des espaces frontaliers, des infrastructures sécuritaires ont été construites dans les zones frontalières à risques ; tout ceci pour marquer la présence du Bénin à ses frontières et améliorer les conditions de vie et de travail des Forces de Défense et de Sécurité exerçant dans ces zones géostratégiques et géopolitiques. (Voir ci-dessous le point sur les infrastructures de sécurité) .

Ensuite, pour permettre à ces forces de se déplacer le long de la frontière, des motos et des véhicules pick-up ont été acquis à leur profit. La matérialisation de ces zones par la mise en service de ses infrastructures contribue à diminuer l’incursion des forces de défense et de sécurité des pays voisins et à réduire la criminalité transfrontalière et les autres formes de violences.

Pour finir, le Bénin a adopté une autre approche de la sécurité fondée sur :

  • Une nouvelle gouvernance de la sécurité à la base portée par les Collectivités et leurs Élus, qui allie paix, sécurité et développement local, avec l’appui des États et des partenaires techniques et financiers ;
  • Un leadership fort à la base en matière de sécurité ;
  • Une vision partagée de la sécurité qui place l’homme au centre de la sécurité ;
  • Une stratégie globale de sécurité basée sur la prévention.

Portfolio

Dans la même rubrique

26 mai 2017 – ÉCHOS DES FRONTIÈRES n°00

21 juillet 2016 – Interviews et Avis

19 juillet 2016 – A la découverte d’Iwoye

19 juillet 2016 – Ogamoin, désormais au Bénin !

19 juillet 2016 – Acquis dans le domaine de la diplomatie préventive locale