. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » 2019 » Inauguration et remise de la base des forces de défense de Madécali à (...)

Inauguration et remise de la base des forces de défense de Madécali à l’Etat-major général et inauguration d’infrastructures agropastorales dans le secteur transfrontalier bénino-nigérien

D 11 juin 2019     H 20:30     A Le Webmestre     C 0 messages


agrandir

Œuvrer pour l’intégrité du territoire national, la prévention de l’extrémise violent et la sécurisation des espaces frontaliers, tel est l’objectif principal qui a poussé l’Agence béninoise de Gestion intégrée des Espaces frontaliers (ABeGIEF) à réaliser et mettre à la disposition de l’Etat-major général une base des forces de défense à Madécali dans la commune de Malanville. L’inauguration de cette base a été précédée de celle de 150 km de piste à bétail et de 6 forages dans le secteur transfrontaliers bénino-nigérien. Ces s’inscrivent dans le cadre de la 6ème édition de la Semaine des frontières béninoise.

C’était le mardi 11 juin 2019, une forte délégation composée du Préfet de l’Alibori, du Directeur général de l’ABeGIEF, du Chef d’Etat-major général, des autorités locales de Malanville, du Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières du Niger, des Directeurs et Conseillers du Ministre de l’Intérieur et de la sécurité ont procédé aux inaugurations. Quatre allocutions ont meublé la cérémonie d’ouverture après le mot de bienvenu du Maire de Malanville, Dandakoe Inoussa. Dans son discours, le Directeur général de l’ABeGIEF, Baglo Ayité Marcel, a exposé les raisons de la construction de la base des forces de défense à Madécali. En effet, la remise de cette infrastructure aux forces armées est liée à l’action de groupes extrémistes violents qui dépassent de plus en plus les limites de la région du Sahel, frontalière avec le Mali et le Niger, pour s’étendre à celles du Burkina avec une propagation vers le Bénin, le Togo et le Ghana. Elle intervient également dans le cadre de la sécurisation de ces zones grises soumises à des attaques djihadistes de plus en plus croissantes dans les localités frontalières. Il a rappelé que déjà à partir de 2007, le Gouvernement béninois a décidé de passer de la délimitation et de la démarcation à la gestion intégrée des espaces frontaliers. Pour mettre en œuvre ce nouveau concept, il a orienté l’élaboration de la Politique nationale de Développement des Espaces frontaliers et sa mise en œuvre à travers le Programme national de Gestion intégrée des Espaces frontaliers.

Cette Politique s’appuie entre autres sur le renforcement de la défense de l’intégrité du territoire national et la sécurisation des espaces frontaliers pour sécuriser nos populations délaissées qui vivent dans le dénuement total dans ces localités sensibles et géostratégiques de notre pays. Celles-ci éprouvent plus que jamais un besoin ardent de paix en vue de promouvoir le développement et construire un environnement stable. C’est pourquoi, l’ABeGIEF a mis l’accent, en tenant compte de la nouvelle stratégie de sécurisation des espaces frontaliers, sur la création de l’Unité spéciale de Surveillance des frontières pour sécuriser le couloir frontalier du fleuve Niger et de la rivière Mékrou et surtout le gisement d’or de Naffa.

Par ailleurs, cette inauguration vient à point nommé surtout de nos jours où la sécurité devient pour les grands États le socle de tout développement quel que ce soit le secteur. De plus, en cette période de crises politiques en Afrique où les armes circulent partout dans la sous-région, et où la guerre sans merci livrée aux groupes terroristes pousse ces derniers vers les frontières, il devient une nécessité impérieuse que les Forces de Défense et de Sécurité de notre pays maitrisent ces espaces sensibles, siège de tous les dangers que sont les localités frontalières.

Après l’allocution du Dg/ABeGIEF, le Chef d’Etat-major, le Contre-amiral AHO Patrick Jean-Baptiste, bénéficiaire de cette gigantesque infrastructure n’a pas manqué de remercier l’ABeGIEF pour avoir mis l’accent sur la sauvegarde de l’intégrité nationale et sécurisation des espaces frontaliers. Il s’engage avec ses troupes à œuvrer davantage pour la défense et la sécurisation des espaces frontaliers en général et de ce secteur en particulier. A sa suite, le Préfet de l’Alibori, Mohamadou Mama allant dans le même sens, a encouragé les différents acteurs à poursuivre leur collaboration aux fins de prévenir les menaces nouvelles qui compromettent le développement des nations. Ce fut le Conseiller technique à l’état civil, Houha Didier, représentant le Ministre de l’Intérieur qui a procédé à la remise officielle de la base des forces de défense composée de :

  • un (1) foyer d’une superficie de 389,16 m2 abritant un réfectoire d’au moins trente (30) places, une (1) cuisine, deux (2) magasins, un (1) dortoir, une (1) cage d’escalier, un (1) couloir et quatre (4) terrasses ;
  • un (1) dortoir à trente (30) lits d’une superficie de 291,2 m2 constitué de deux (2) dortoirs de quinze (15) lits superposés chacun, d’une (1) cage d’escalier, d’un (1) couloir et de deux (2) terrasses ;
  • un (1) hébergement d’une superficie de 139,06 m2 constitué de trois (3) bureaux, une (1) armurerie, quatre (4) sanitaires, un (1) petit magasin et une (1) terrasse ;
  • de dépendances d’une superficie de 91,96 m2 constituées de six (6) latrines, de huit (8) douches, d’un (1) hall et d’un (1) couloir ; et
  • une (1) guérite équipée d’un (1) sanitaire et d’une (1) terrasse.

Sur ce domaine entièrement clôturé s’ajoute l’aménagement de la cour en terre y compris le nivellement et le compactage. Le tout pour un montant TTC de 235.177.463 FCFA. Par ailleurs, il a été mis à la disposition des forces, dix (10) motos TVS pour assurer leur mobilité pour un montant de 6.150.000 FCFA. L’acte de transfert dans l’infrastructure et motos fut signé par les acteurs concerné aux yeux et aux sus de toute la populations maniement venues assister à l’événement.

L’inauguration de cette base a été précédée de celle des infrastructures agropastorales. Il faut retenir que dans le cadre de la gestion apaisée de transhumance transfrontalière, l’ABeGIEF a négocié et obtenu un appui de la GIZ PFUA. L’objectif est de contribuer à l’organisation et la gestion de transhumance aussi bien nationale que transnationale dans les communes de Karimama et Malanville ainsi que dans les communes sœurs du Niger. Pour ce faire, le projet a accompagné les communes dans la mise en place des infrastructures agropastorales visant à renforcer la résilience des communautés et atténuer leur vulnérabilité. En effet, ces dernières années de Malanville et de Karimama ont enregistré plusieurs tensions au sein des populations dans l’accès et l’usage des ressources agro pastorales. En témoigne les crises entre agriculteurs et éleveurs à Iloua dans l’arrondissement de Madécali (Malanville) en 2016 et les confrontations de Kangara dans l’arrondissement de Guéné avec 17 morts. Les concertations multi acteurs organisé ont permis la mise en place de structures de cogestion et les infrastructures agropastorales (couloir de passage et d’accès, aires de pâtures et forages agropastoraux) pour renforcer la résilience et l’adaptation de populations vulnérables face aux changements climatiques. Ainsi ce projet a connu deux phases :

  • 1ère phase d’un montant de 20 millions. Elle permit la réalisation de 250 balisages pour délimiter 150 km du couloir de Loubou Loublou (Monsey commune de Karimama) et de 250 balises pour baliser l’aire de pâture de Adani bangou dans l’arrondissement de Garou (Malanville) qui a abrité la mise en service officielle avec la complicité du Col Dansou Antoine chargé de la transhumance au Bénin.
  • 2ème phase a permis la réalisation de 6 forages et les ateliers de concertation de différents acteurs d’un montant de 64 millions CFA pour réaliser 2 forages à Détatchi (Madécali) et 1 à Soumbé borou (Guéné à Malanville), 1 forage à Kangara (Birni lafia) et 1 à Loubou Loubou à Monsey le tout dans la commune de Karimama. Au cours de cette phase, le Niger a bénéficié de 2 forages dans les communes de Guaya et à Falmé.

En définitive, l’ABeGIEF et son Directeur général ont décidé de poser des actes concrets pour accomplir la mission à leur assigner. C’est dans cette dynamique que l’ABeGIEF en célébrant la Journée africaine des frontières (JAF) et la 6ème édition de la Semaine des frontières béninoise (SFB) a lancé la ″Mobilisation nationale au profit des espaces frontaliers″ qui cours de juin à décembre 2019. Il s’agit d’amener les acteurs publics et privés à investir dans les espaces frontaliers, espaces sensibles et géostratégiques de notre pays.

Portfolio